Distribution : Off World

L’histoire d’OFF WORLD

Big Bang films vous présente OFF WORLD, le premier long-métrage de Matéo GUEZ, jeune réalisateur français parti au Canada pour devenir cinéaste. Après deux courts-métrages remarqués (Le dernier jour et L’ultima Notte), il part aux Philipinnes où il découvre Smokey Mountain. Tout de suite, il décide d’y situer son premier long métrage.

Quelques mois plus tard, il part avec son chef opérateur et tourne en super 35 et seulement 9 jours OFF WORLD, en constituant une équipe de tournage sur place…

SYNOPSIS

OFF WORLD est l’histoire de Lucky, jeune Philippin, adopté enfant par une famille Canadienne. Lucky grandit heureux à Toronto, mais vient le moment où il se pose la question de ses origines. Il part pour Smokey Mountain, l’immense bidonville de Manille, un des plus vastes des Philippines.

Il y découvre un frère devenu « ladyboy », puis sa mère vivant dans la plus grande pauvreté. Ces retrouvailles bouleversent Lucky, mais elles lui permettent enfin de donner des racines à son existence.

SMOKEY MOUNTAIN

À l’origine, Smokey Mountain était un village de pêcheurs tranquille. Mais après la Seconde Guerre mondiale, un afflux de personnes en provenance des provinces des Philippines changea le cours des choses radicalement. La criminalité et la violence augmentèrent de façon exponentielle. Au milieu des années 1950, le ministère de la fonction publique du Gouvernement des Philippines a commencé à utiliser la région comme dépotoir public y amassant les ordures venant de toute la ville. Forcer à s’adapter, les habitants abandonnèrent progressivement leurs moyens de subsistance et commencèrent à gagner leur vie autour de la décharge.

Pendant près de quarante ans, plus de deux millions de tonnes de déchets se sont accumulés, jusqu’à devenir une montagne haute de plus de douze étages, dégageant inlassablement méthane et autre gaz provenant des déchets en décomposition.

Autour de la décharge, le travail consiste à recueillir toutes sortes de matériaux pour générer des revenus, des bouteilles de verre, aux sachets en plastique ou résidus alimentaires. Les bennes à ordures venant tous les jours alimenter ce trafic fructueux.

« Les habitants récupèrent dans les poubelles les restes de nourritures, qu’ils broient, transforment en pâte alimentaire et font frire pour leur propre consommation», explique le réalisateur. « Ils gardent aussi tous les sacs en plastique, les nettoient et les recyclent. Mais le plus dangereux reste la fumée extrêmement toxique qui s’échappe des câbles en caoutchouc qui sont brûlés chaque jour afin d’en extraire du métal, revendu ensuite au poids. Cela fait partie des raisons pour lesquelles cet endroit est surnommé Smokey Mountain.»

UN TOURNAGE « TOUR DE FORCE »

SI le tournage n’a duré que 9 jours, ils ont paru une éternité au jeune réalisateur tant par les difficultés rencontrées que par les émotions ressenties…

Le coût prohibitif de la souscription d’assurances privées, la nécessité d’adopter une approche de guérilla lors de la préparation et du tournage et enfin, à peine deux jours avant le premier jour de tournage, la perte de l’acteur principal furent les premiers obstacles.

Heureusement, ce dernier événement a permis au réalisateur de trouver l’acteur idéal pour LUCKY en la personne de Marc Abaya, Rock-Star aux Philippines, qui se trouvait à donner un concert à Manille cette nuit-là. « À moins de vingt-quatre heures de mon tournage, Abaya convenut de me rencontrer, et d’examiner le projet. Moins de quatre heures plus tard, à six heures du matin, il m’a appelé pour annoncer qu’il était d’accord.».

Bien que l’intrigue du film repose essentiellement sur le portrait d’Abaya, le tournage dépendait en grande partie de la participation et la coopération bienveillantes de la population de Smokey Mountain. « Je me souviens particulièrement d’un jour de tournage plus compliqué que les autres, un mouvement de caméra au-dessus de l’océan. La caméra était accrochée à une grue positionnée sur une jetée très étroite. Cette jetée était l’endroit principal où la communauté venait faire ses besoins chaque matin, sorte de toilettes publiques en plein air. Pour le besoin du film, la population s’est non seulement retenue d’utiliser l’endroit pendant plus de six heures, mais l’ont nettoyé pour nous avant notre arrivée. »

 PRIX ET FESTIVALS

Le film a remporté le Prix Tonya Lee Williams du meilleur long métrage canadien au 10e Festival du Film ReelWorld Film Festival de Toronto. Il fut également en compétition au 33e Festival International du Film de Sao Paulo, au 20e Festival du Film Inside Out, Gay & Lesbian de Toronto et au 34e Festival du Film Gay et Lesbien Frameline de San Francisco.

Dossier de presse

2 Responses to Distribution : Off World

  1. Isabelle says:

    Est-ce que ce sera possible de se procurer film éventuellement (OFF WORLD). Cela me surprendrais énormément si je pouvais aller le visionner dans ma région, mias étant moi-même maman adoptive d’une petite Philippines, inutile de dire que ce film m’intéresse énormément.

  2. Chabrier Adriano says:

    >Bonjour,

    >ce film « OFF WOLRD » est un chef-d’oeuvre de réalisme, de spontanéité, de sincérité et finalement de vérité.
    >Je tiens absolument à remercier toute l’équipe de tournage, Marc Abaya et Matéo GUEZ pour le travail réalisé.
    > »OFF WORLD » est une tragique histoire d’Amour.

    >Je suis moi-même un enfant adopté par des parents français, à l’âge de quatre ans et demi, en 1986.
    >Né à Curitiba au Brésil, je n’ai à ce jour pu garder aucun contact, ni aucune information liée à mon passé d’avant 1986 ; mise à part mon nom de famille, le nom de mon orphelinat et une photo de moi à un an.
    >Entouré de parent et d’une famille aimante, je mène une vie heureuse et paisible actuellement à Paris.
    >Mais malgré tout cette amour et cette tranquillité, je souhaite un jour réalisé des recherches sur mes origines. Non pas par manque, ni envie, mais par un pur choix simple et réfléchis.

    >Encore un grand merci pour ce film, si vrai.

Répondre à Chabrier Adriano Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>